Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Cerveau-gauche, cerveau-droit : la fin d'un mythe !

Vous avez surement déjà entendu dire que les « cerveaux gauches » seraient plus enclins à la logique et aux raisonnements alors que les « cerveaux droits » seraient plus portés sur l’imagination et l’intuition. Cette théorie a émergé dans le courant des années 70, dans le cadre des recherches destinées à identifier géographiquement les fonctions cérébrales. Très rapidement, l’idée s’est répandue qu’un hémisphère du cerveau dominait l’autre et que cela influençait notre personnalité.

Si plusieurs études avaient déjà commencé à égratigner le mythe, une équipe de chercheurs de l’université de l’Utah vient de totalement invalider la théorie.

L’équipe a conduit ses travaux pendant deux ans sur plus de 1 011 individus âgés de 7 à 29 ans. Ils ont divisé le cerveau en 7 000 zones et ont analysé les régions qui étaient plus enclines à avoir un fonctionnement latéralisé. Si l’étude montre que certaines fonctionnalités sont effectivement très localisées (le langage à gauche et l’attention droite), elle montre également qu’aucun individu ne sollicite préférentiellement un hémisphère plutôt qu’un autre.

Jared Nielsen, un des auteurs de l’article explique « Les résultats de cette étude sont révolutionnaires car ils changent la perception que les gens avaient du cerveau, basée sur cette vision ‘cerveau droit – cerveau gauche’. Chacun pouvait comprendre qu’un type de personnalité pouvait être associé à la terminologie ‘cerveau droit’, ‘cerveau gauche’. Cependant, il n’apparaît aucun schéma montrant que le cerveau gauche serait globalement plus connecté que le cerveau droit, et que les types de personnalité n’ont rien à voir avec le fait qu’un hémisphère soit plus actif que l’autre. »

Appliqué à la conception de présentations, nous utilisions cette vision ‘cerveau droit – cerveau gauche’ pour expliquer qu’il était important qu’une présentation s’adresse à la fois aux parties émotionnelles et rationnelles du cerveau. Il est indéniable que cette théorie était plaisante. La caution scientifique est toujours précieuse, mais elle a un prix : quand les résultats tombent, il faut changer notre manière de penser.

Si cette explication n’est plus valable, il n’en demeure pas moins que l’imagerie fonctionnelle a déjà montré que les émotions sont au cœur de notre processus de décision et que les arguments rationnels viennent souvent justifier un choix qui a déjà été fait à l’avance. Cette donnée est essentielle à prendre en compte lorsque que l’on a pour but de générer de l’adhésion autour d’une idée, d’un bilan ou d’un projet.

Source : PLOS ONE du 14 aout 2013 – An Evaluation of the Left-Brain vs. Right-Brain Hypothesis with Resting State Functional Connectivity Magnetic Resonance Imaging

Pin It on Pinterest