Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Langues

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Du trac à la panique : comment reprendre le contrôle ?

Cette article fait suite à celui où je décryptais le désagrément arrivé au réalisateur Michael Bay, lors de la conférence de presse Samsung. Il peut arriver que vous vous retrouviez perdu au milieu d’une présentation. Le premier article consistait à prévenir le risque, celui-ci s’attache à l’enrayer.

Comment gérer la panique si elle se produit malgré la préparation ? Comment reprendre le dessus pour éviter le réflexe de fuite ? Au théâtre, on appelle cela un « trou ». Ceux qui en ont fait l’expérience savent qu’il ne s’agit pas seulement d’un trou de mémoire. Votre attention est distraite, ne serait-ce qu’une fraction de seconde et, brusquement, vous avez l’impression que votre cerveau s’éteint, « black out » : vous n’avez aucune idée de ce que vous faîtes là et vous ne savez plus quoi dire. La panique arrive lorsque vous sentez que l’auditoire s’aperçoit que vous êtes perdu. La gêne que vous ressentez amplifie le stress et vous entrez dans le cercle vicieux qu’a exploré notre célèbre réalisateur.

Sortir du trou

L’objectif numéro un est bien évidemment de reprendre le contrôle. L’expérience m’a montré qu’il est inutile de vous épuiser à solliciter votre mémoire. Plus vous allez cherchez et moins cela reviendra. Dans le cas d’une prise de parole, vous utilisez votre mémoire de manière séquentielle : une phrase en entraîne une autre et dans la plupart des cas tout s’enchaîne très bien. Or, pour une raison ou pour une autre, ce fil logique est cassé. Heureusement il y a une autre manière d’accéder à la mémoire : les perceptions. Nous avons tous vu un souvenir resurgir après avoir senti une odeur, touché une matière ou regardé une photo. En cas de « trou », prenez une profonde inspiration, déconnectez-vous de votre public et essayer de maintenir le plus grand calme possible. Cherchez du regard tout ce qui pourra vous rappeler le travail accompli : un ordinateur qui vous a vu travailler jusqu’à épuisement, une télécommande usée d’avoir trop servi, un dossier annoté… C’est là que votre préparation va payer : plus vous aurez répété, plus vous verrez que chaque objet présent a une signification forte qui vous ramènera au fil de votre propos.

Si vous prenez régulièrement la parole, vous aurez un « trou », tôt ou tard. Ne vous épuisez pas à le redouter. Au contraire, attendez le et appliquez cette méthode. Vous verrez que brusquement le fil de votre propos se remettra en place, comme lorsque l’électricité revient dans un immeuble : c’est exaltant.

Que faire si vraiment ça ne revient pas ?

Avant tout, prenez en charge votre auditoire. Vous deviez lui diffuser un message et vous êtes dans l’impossibilité de tenir la promesse. Vous n’avez rien à perdre à présenter la situation : vous avez été troublé et vous avez besoin de quelques secondes pour vous reprendre. Il vaut mieux interrompre clairement, vous reprendre et rebondir plutôt que de quitter définitivement la salle, ou de faire comme si de rien était et d’alimenter votre trouble pendant tout le reste de la présentation.

Rassurez-vous : l’inévitable n’est pas évitable

Il y a quelques semaines nous avons accompagné un chef d’entreprise dans le cadre d’une prise de parole. Quelques minutes avant son intervention il a commencé à générer du stress en imaginant tout ce qui pouvait ne pas fonctionner. Pour attirer son attention, je lui ai dit « Rassure toi, tu vas rester une heure sur scène, il va forcément se produire quelques galères ». Il a ri et a arrêter d’évoquer ce qui pouvait mal tourner. Pendant le show, il a eu une absence, un trou de mémoire au mauvais moment. Il s’est un peu troublé mais à vite trouvé le moyen de s’en sortir. A la fin je lui ai demandé s’il n’avait pas été trop perturbé, il m’a répondu : « Non, je me suis rappelé que tu m’avais prévenu que ça arriverait, alors j’ai géré. ».