Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Parler en public : trois idées reçues qu'il faut combattre pour progresser

La capacité à prendre la parole en public de manière performante n’est pas quelque chose d’inné. Beaucoup trop de gens limitent eux-même leur progression en se persuadant qu’ils ne sont pas fait pour ça. La peur de parler en public vient souvent renforcer ce sentiment en nourrissant l’idée que si ils ont aussi peur, c’est justement parce qu’ils ne sont pas bons. Pourtant, même si le raisonnement est logique, il est faux.

Prendre la parole en public est quelque chose de sérieux qui nécessite de l’apprentissage, de la mise en pratique et de l’expérience. Il est également important que ceux qui parlent régulièrement en public prennent conscience qu’ils ne sont globalement pas suffisamment formés et qu’on ne leur laisse généralement pas assez de temps pour se préparer. « Le premier frein à l’apprentissage, c’est la peur ». Daniel Pennac exprime en ces mots ce qui l’a confiné au rôle du cancre pendant toute sa scolarité.

Ainsi, le domaine de le prise de parole en public véhicule un certain nombre d’idées reçues qui renvoient à l’orateur une fausse image de lui-même et qui entravent sa montée en compétence. Parmi ces idées reçues, en voici trois qui ont la vie dure.

Chercher à être naturel n’a pas de sens…

“Sois naturel” est le conseil le plus courant que l’on entend donner aux orateurs pour calmer leur appréhension. Mais si le naturel était justement d’avoir peur ? L’adrénaline qui accompagne le démarrage de toute prise de parole accélère votre rythme cardiaque et améliore vos capacités d’écoute, d’analyse et d’attention. Malheureusement, ce potentiel est souvent utilisé par les orateurs pour se regarder eux-même et se traduit par un questionnement intérieur incessant qui brouille sa capacité à délivrer un message: “Qu’est ce que je fais de mes mains ?”, “Qu’est ce que je dois dire après ?”, “Pourvu que l’ordinateur fonctionne !”… Préparer votre corps, votre voix et vos émotions à se mettre au service de votre message feront de vous un orateur “sincère” et c’est cette sincérité qui donnera à votre public l’illusion du naturel.

Préparation & spontanéité

On nous oppose régulièrement préparation et spontanéité comme deux objectifs incompatibles. La spontanéité consiste à donner à votre public la sensation que vous êtes là pour lui et que chaque seconde lui est consacré afin d’assurer la transmission de votre message. Être ainsi maître de son propos et du plan qui le sous-tend nécessite effectivement une intense préparation. Vous vous comportez différemment lorsque vous êtes au bureau entre collègue, au café entre amis où à la maison en famille. De la même manière il y a une version de vous que vous endossez à chaque fois que vous prenez la parole en public. L’essentiel de votre préparation consiste à prendre conscience de votre “Personnage Public”, d’accepter la manière dont il est perçu et de vous en service pour capter l’attention de votre public et valider chaque étape de sa progression dans votre présentation.

Avoir le trac est une chance…

Le trac est toujours une sensation désagréable mais cela ne veut pas dire qu’elle est nocive bien au contraire. Un comédien qui entre sur scène sans le trac est un comédien dangereux pour lui et pour les autres : soit il n’ a pas pris la mesure de l’enjeu, soit il est trop sûr de lui. Dans les deux cas, rien ne permet d’espérer une performance hors du commun. Les plus beau moments de réussite sont toujours ceux où, partageant la même peur, chacun se dépasse pour un objectif commun.
Les techniques pour encaisser le trac sont nombreuses. Leur but est de bénéficier des vertus du trac sans se laisser paralyser par la peur. Les apprendre et les appliquer vous feront entrer dans une logique vertueuse où, en vous acceptant comme vous êtes, vous serez plus concentré sur l’objectif à atteindre. Tout l’enjeu d’une bonne préparation est de passer de “j’ai peur car je ne suis pas prêt” à “j’ai peur donc je vais être performant”.

Pour conclure, dîtes-vous bien que votre doute est salutaire. Cherchez ce qui l’alimente et travaillez dessus. Depuis des années, je vois passer des comédiens amateurs qui veulent s’essayer au théâtre. Certains montrent instinctivement des qualités étonnantes, d’autres ont plus de difficultés mais tous se mettent au travail pour progresser. Il m’arrive pourtant de voir des gens incapables de progresser. Il n’est pas impossible que ce soit de ma faute. Pourtant j’ai trouvé un point commun à ceux qui malgré les commentaires, les explications et le travail ne parviennent pas à avancer : ils ne doutent jamais d’eux-même.

Pin It on Pinterest