Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Osez l'audace dans vos présentations !

Lorsqu’il s’agit de préparer une présentation à venir, il est fréquent de croiser des gens qui cherchent à tout prix à se distinguer des autres, à être en rupture complète avec ce qui se fait déjà, qui cherchent à faire le buzz, avec un objectif : marquer les esprits. Ce n’est pas nous qui critiquerons cet objectif. C’est même stratégiquement indispensable si vous voulez que vos idées soient entendues et que votre leadership soit pleinement exprimé. Donner du sens à ses actions et à celles des autres, inspirer, guider sont des exemples de postures efficace. Mais quand il s’agit de marquer les esprits, la première chose qui vient en tête est souvent la même : l’audace !

L’audace peut être un moyen extrêmement efficace pour vous connecter à votre public et commencer une présentation. Mais plus un outil est puissant, plus il est dangereux. Et même s’il s’agit d’oser, il n’est pas inutile de prendre quelques précautions avant de se lancer !

L’audace est toujours une source de rupture : elle oppose déjà ceux qui osent vis-à-vis de ceux qui n’osent pas. Mais aussi ceux qui s’en amusent vis-à-vis de ceux qui le refusent. Et il faut bien vous préparer si vous voulez que votre audace serve vraiment le message que vous voulez transmettre. Car le propre de l’audace est de jouer avec les limites. Et en particulier la limite de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas. Ceux qui y parviennent bénéficient de la prime à l’audace : qui récompense celui qui ose devant les autres qui ne se seraient jamais permis de le faire. À l’inverse, ceux qui échouent auront clairement du mal à remonter la pente. Soit l’audace est en fait parfaitement acceptable pour le public et ne repousse aucune limite. Alors l’orateur se décrédibilise en donnant l’impression d’enfoncer des portes ouvertes. Soit l’audace va trop loin, en devenant clairement inacceptable pour l’auditoire. Alors, l’orateur sera perçu comme maladroit, incorrect ou agressif.

Ainsi, vous êtes audacieux dès que :

  • Vous dites franchement ce que vous pensez,
  • Vous tentez de faire de l’humour,
  • Vous interprétez ce que l’on vous dit,
  • Vous acceptez de vous mettre en danger (chanter, danser…),
  • Vous exprimez une irrévérence, ou une provocation,
  • Vous jouez avec votre image (vêtements, maquillage…).

 

Mais attention de ne pas faire d’excès de prudence non plus. Être audacieux consiste souvent à interroger ses propres limites. L’exercice de la prise de parole a un effet fortement inhibant qui amplifie la sensation de prendre un risque. Chaque audace devient alors une occasion de bousculer sa zone de confort et de muscler son personnage public.

Deux précautions avant de vous lancer :

  1. Maintenir un climat bienveillant. Généralement, le but de votre audace est de provoquer une réaction de votre public afin de déclencher une réflexion, d’alimenter une prise de conscience ou de dépasser un blocage. Si votre audace est perçue comme agressive, il y a un risque que votre public reste bloqué sur sa réaction initiale et alimente son propre ressentiment.
  2. N’oubliez pas de donner du sens à votre audace et de la connecter à votre propos. Sinon, vous donnerez le sentiment d’un acte gratuit dont le seul objectif est de faire le spectacle ou de votre mettre en avant.

Pin It on Pinterest