Il y aura toujours quelqu’un pour dire que c’est moche !

“Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas !” On a beau nous l’avoir répété des centaines de fois, étrangement, quand il s’agit de la présentation de la semaine prochaine, tout le monde donne son avis sur la question. Entre remarques productives et goûts personnels, comment faire le tri ? 

S’il est important de ne pas tout écouter, cela n’empêche pas de prendre en considération les remarques constructives qui permettront de servir l’intérêt de votre support, et donc de votre public ! Quand vous prenez la parole, vous changez ce que les gens pensent, ressentent et font. Vous devez donc être clair sur ce que vous souhaitez changer. Une fois que vous êtes clair sur cet objectif, il va falloir faire le tri sans les remarques que peuvent vous faire vos collègues ou votre manager. Lesquelles appliquer ? Sur quels éléments insister ? Voici un petit guide pour vous aider à faire le tri et argumenter vos partis-pris. 

 

D’abord, le ménage ! 

Il y a des remarques qui sont liées à des préférences, des habitudes ou encore des injonctions. Ces dernières ne doivent pas vous empêcher d’innover et de sortir des sentiers battus.  Par exemple, mettez de côté les :  

  • Je n’aime pas la couleur 
  • Je ne suis pas fan 
  • Je préfère quand c’est centré
  • Je préfère utiliser le template de l’année dernière, il était mieux. 
  • C’est un peu fade, tu mets un GIF ? 
  • Met plus d’animation là, c’est dynamique !  

 

Et puis il y a les remarques qui doivent faire mouche dans votre tête et vous pousser à faire quelques améliorations. 

  • Les remarques sur le manque de simplicité : “il y a trop de choses”, “c’est fouilli”
  • Les alignements : c’est un peu comme le tableau décalé au fond de la pièce, on ne voit que ça ! 
  • L’harmonisation : même taille de titre partout, même typo, harmonie des couleurs et cohérence graphique.
  • La lisibilité : police, taille de police, taille des images… 

Ces remarques doivent vous pousser à optimiser votre support pour qu’il serve pleinement son objectif : augmenter l’impact de ce que vous dites. 

Maintenant que l’on sait tout ça, vous allez être confronté à des commentaires sur le chemin de votre préparation. Il va donc falloir répondre “non” à vos collègues ou votre manager. C’est peut-être même encore plus difficile. Comment faire pour les convaincre de laisser faire malgré leur réticence ? 

 

Commencez par des réunions aux enjeux plus faibles 

Évidemment, s’il s’agit de la prochaine présentation au CODIR, il est possible que de changer les habitudes soit plus difficile que prévu. L’enjeu est grand, et votre manager ne sera peut-être pas prêt à sortir de sa zone de confort préférant un modèle que tout le monde connaît. 

Pour convaincre, rien ne vaut l’exemple ! Lors de votre prochaine réunion d’équipe, commencez à infuser dans votre support de présentation des éléments suivant les règles de storydesign. En donnant l’habitude à vos collègues d’être confrontés à des slides de ce type, elles feront moins réagir dans des présentations aux enjeux plus forts car leur efficacité aura été testée ! Petit pas par petit pas vous réussirez progressivement à instiller que la simplicité est à la fois un gain de temps et d’attention. 

 

Préparez-vous à répondre efficacement aux objections 

  • Il y a de multiples façons de dire “non” 

Qui dit changement, dit résistance au changement ! Attendez-vous à devoir défendre votre point de vue, mais pas n’importe comment. “Oui mais non” a toujours été loin d’être efficace. Pour vous aider à défendre votre proposition, familiarisez-vous avec la boucle narrative enjeu-action-conséquence qui vous permettra à la fois de mettre en valeur votre argumentation sans donner le sentiment de vous justifier. 

  • Apprenez à gérer l’émotionnel

Si vous faites face à une résistance au changement dite émotionnelle, c’est-à-dire des résistance purement liées à la subjectivité, rien ne sert de sur-argumenter. Votre arme secrète : l’empathie. Votre réalité n’est pas celle de la personne en face de vous, il est donc possible que vous ne tombiez jamais d’accord si chacun campe sur ses positions. 

Quand on change les manières de faire on se confronte forcément à de la résistance au changement, à de l’appréhension. Dans ce cas un “je comprends tout à fait ton point de vue, et c’est vrai que l’on a toujours fait comme ça. Et en même temps, c’est quand la dernière fois que tu as été embarquée par une de nos présentations ?” fonctionnera bien plus qu’un “Ce qu’on fait ne fonctionne pas, il faut changer !” 

 

En conclusion, oui, il y aura toujours quelqu’un pour dire que c’est moche. L’important n’est pas de faire beau, mais de faire efficace ! Un support simple mais qui maintient l’attention, dirige le regard et augmente l’impact du propos vaudra cent fois une jolie présentation mais dont on ne se souviendra que du design, pas du contenu.

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.