Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Il vaut mieux arriver en retard qu’arriver moche !

Vous vous demandez sûrement ce qui nous prend ? Ce titre révèle pourtant un des fondamentaux qui nous animent : la capacité à être performant indépendamment des circonstances.

Beaucoup de méthodes de prise de parole en public vous promettent l’aisance et la fin du trac. Ce n’est pas notre position. Si la sérénité est souhaitable pour chacun, elle est rarement réaliste quand il s’agit de prendre la parole en public. Et vu le rythme de nos vies professionnelles, l’objectif zéro trac est rarement pragmatique. Ainsi, avec l’approche M.P.G. (Minimum de Présence Garanti), nous avons privilégié un objectif de performance : que vous ayez le trac ou pas, que vous aimiez prendre la parole en public ou pas, l’objectif est de muscler votre capacité à vous mettre pleinement au service de vos messages, quelques soient les circonstances !

Cette notion de circonstances est fondamentale. Car il y a plein d’occasion, lors d’une prise de parole, d’être perturbé par des événements qui sont dans la plupart des cas totalement indépendants de votre volonté. Et bien souvent, ils sont en mesure de vous perturber au point de desservir votre message. Voici quelques situations types, qui ne manquent pas d’être déstabilisantes et pour lesquelles il n’est pas si compliqué de construire une réponse adaptée.

Si au moment de commencer votre présentation, le vidéoprojecteur ne fonctionne pas ou que l’ordinateur plante. Qui est le plus déstabilisé ? Le public, dont l’objectif est avant tout d’être inspiré, guidé et informé ? Ou vous, qui avez fait de vos slides le support de vos notes ? Évidemment vous n’y êtes pour rien si cela ne marche pas. Mais plus votre intervention sera conçue à partir d’une trame narrative, plus elle sera cohérente et plus vous serez capable d’exprimer votre propos clairement et distinctement sans votre support. Demandez quelques secondes pour écrire le plan de votre présentation sur une feuille et lancez-vous. Vous vous surprendrez tout autant que vous surprendrez les autres.

Si au moment de commencer la présentation de votre projet, prévue pour durer 45 minutes, vos interlocuteurs vous annoncent, presque désinvoltes, qu’ils n’ont finalement que 10 minutes à vous consacrer. Qui est le plus perturbé ? Votre auditoire, qui vous met ouvertement en difficulté ? Ou vous, qui avez préparé votre intervention jusqu’à l’apprendre par cœur la veille au soir ? Encore une fois, vous n’y êtes pour rien, pourtant, c’est votre réactivité qui fera toute la différence. Plus votre présentation sera conçue autour des messages fondamentaux qui la composent, plus vous saurez trier lorsque ce sera nécessaire. Ne vous laissez pas démonter. Parfois, il faut savoir prendre du temps pour en gagner. Notez devant vous les points essentiels de votre présentation : les enjeux, les valeurs, les moyens, un exemple concret de mise en œuvre de votre idée et la liste de ceux qui en bénéficieront.

Et si, le jour de votre grand oral, celui que vous attendez depuis plusieurs semaines, où tout le Board est enfin réuni pour entendre votre projet… vous restiez coincés dans les transports en commun, sans réseau pour pouvoir prévenir ? Là encore, vous n’y êtes pour rien. Pourtant, vous ne pouvez pas vous empêcher de les imaginer, à vous attendre et à s’impatienter. Angoisse, colère, désespoir, vous passez successivement par tous les stades du stress. Il ne serait pas étonnant, qu’une fois libéré, vous empruntiez les derniers mètres en courant, voire même en accélérant pour bien prouver à votre auditoire que vous n’y êtes pour rien et que vous avez payé de votre personne. Mais dans quel état allez-vous entrer dans la salle ? Quelle légitimité et leadership allez-vous exprimer après vous être excusé vingt fois de quelque chose contre lequel vous ne pouviez pas lutter ? Au contraire, ralentissez votre allure, reprenez votre souffle. Bien sûr que votre auditoire a le sentiment d’avoir perdu son temps. Mais c’est surtout votre projet qui a moins de temps pour obtenir l’adhésion d’un public un peu remonté. Assumez le retard, reconnaissez que le temps de chacun est précieux, mais que votre projet mérite d’être entendu et que vous prenez sur vous d’essentialiser les messages afin de rester dans le temps initialement imparti. Vous vous affirmerez comme quelqu’un qui sait prendre ses responsabilités et qui propose des solutions.

N’oubliez pas que prendre la parole, c’est prendre le pouvoir. Quand vous l’aurez, qu’en ferez-vous ?

Pin It on Pinterest