Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Langues

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Evitez le ni-vu ni-lu

Pour transmettre nos idées, nous avons à notre disposition deux principaux outils. Tout d’abord, le traitement de texte (Word, Page, Writer…) qui permet de créer des documents destinés à être lus. Et nous avons le logiciel de création de présentation (Powerpoint, Keynote, Présentation…) qui permet de concevoir des slides destinées à être vues.

Les outils sont bien distincts et pourtant on voit beaucoup de slides surchargées, conçues comme si elles étaient des supports de texte. On y voit des paragraphes entiers, des listes à puces, des niveaux de titres et même, quand il y a encore un peu de place, un tableau, des graphes et des images. Il existe un néologisme pour décrire le résultat de cette mixture : le slideument qui, pour vouloir être exhaustif, n’est au final ni-vu ni-lu.

En présentation, le slideument n’est pas vu car il étouffe l’auditoire avec une trop grande quantité d’informations et se prive de l’impact de quelques mots venant renforcer le propos de l’orateur. Il n’est pas lu non plus car la lecture est parasitée par la parole de l’orateur, et si il est lu c’est pire, car cela veut dire que le public n’écoute pas.

Pour être efficace, vos présentations doivent donner lieues à deux documents : un premier, rédigé de manière exhaustive sous Word ou Powerpoint, destiné à être envoyé. Le second, pris en main par l’orateur, qui est épuré, musclé et commenté afin de servir sa prise de parole. Ainsi vous ne perdez pas de temps à faire deux documents différents et vous aurez finalement deux supports efficaces : un qui sera lu et l’autre qui sera vu.