dessin_bien_respirer

BIEN RESPIRER POUR MIEUX PRÉSENTER

L’exercice de la prise de parole est source de stress pour beaucoup, quel que soit le niveau d’expérience. Les moments pendant lesquels nous y sommes confrontés sont synonymes de montée d’adrénaline, de mains qui tremblent, de balbutiements, de souffle court… Bref, un moment où l’on ne se sent plus maître de son corps. Alors, comment reprendre le contrôle ? 

 

Il y a plusieurs années, une étude américaine montrait que la peur de prendre la parole en public était placée devant la peur de mourir. Vu comme ça, cela paraît absurde. On ne risque pas de mourir en prenant la parole ! Et pourtant, pour beaucoup c’est une vraie source d’angoisse. Comme on vous le répète souvent, c’est tout à fait normal. L’exercice de la prise de parole revêt toutes les conditions pour déclencher un stress important. Tellement important pour certains qu’il peut être paralysant. Si vous faites partie de ceux-là, voici quelques étapes pour vous aider à reprendre le contrôle. 

 

#1 – Comprendre les réactions de son corps

Lors d’un moment stressant, notre cerveau décide, seul, de la réponse qu’il va donner face à cette situation. Arrivent alors 3 types de stress : 

  • Combat 
  • Fuite 
  • Inhibition 

Selon la réponse que notre cerveau aborde (il se peut que vous passiez par plusieurs de ces phases) notre corps va réagir de différentes manières : fatigue, agressivité, manque de confiance en soi,…. S’ils sont tous différents, le déclencheur est commun : un pique d’hormone d’adrénaline. Cette montée d’adrénaline va lancer tout un processus pour vous permettre de faire face au danger. Votre corps se prépare. Tout ce qu’il va se passer dès lors va demander plus d’énergie, pomper plus de sang et donc demander plus d’oxygène. Voilà pourquoi nous avons cette sensation de manquer d’air dans les moments stressants.

Pour bien comprendre toutes les étapes du stress, on vous conseille de visionner cette courte vidéo qui vous aidera à comprendre les phénomènes naturels liés au stress. 

 

#2 – Mieux respirer

Lorsque l’on regarde les bébés respirer, on peut apercevoir leur petit ventre se soulever. Ils respirent de façon naturelle, c’est-à-dire par la respiration ventrale. Ceux qui pratiquent le yoga, la méditation, le pilate ou même le théâtre connaissent bien cette respiration. Cependant, avec les années, beaucoup d’entre nous ont perdu les bons réflexes et ont tendance à respirer par le haut du thorax. 

Pourquoi c’est un problème ?

Nos poumons sont comme des ballons. Ils s’étirent lorsque l’on fait entrer de l’air dedans et se rétractent lorsque l’on expire. Pour mieux comprendre, gardons l’image de ce ballon et lançons nous dans une petite expérience (merci Jamie). 

Mettez un ballon dans une boite et gonflez-le. Dès que le ballon touchera les parois, il vous sera impossible de le faire plus gonfler. Répétez l’opération en dehors de la boîte et votre ballon sera plus gros car il contiendra plus d’air. Vos poumons, c’est pareil. Si l’on n’étire pas suffisamment notre cage thoracique pour leur donner l’espace de se remplir, la quantité d’air sera limitée.

Comment ça marche ? 

En respirant par le ventre, nous allons étirer plus amplement la capacité de stockage de nos poumons. Faites le test : mettez une main sur votre ventre, tirez-le et inspirez en même temps. Vous verrez qu’il vous restera de l’espace si vous souhaitez ensuite respirer par le haut de votre torse ensuite. 

Pour vous entraîner, vous pouvez répéter cet exercice plusieurs fois (attention pas trop, on évite de tomber dans les pommes). 

 

#3 – Comment le mettre en pratique ?

On s’entraîne 

Il n’y a pas de secret, la répétition fixe la notion. Plus vous allez vous entraîner à respirer par le ventre, plus ce fonctionnement sera naturel. Cependant, pratiquer la respiration ventrale juste avant votre prise de parole vous permettra de vous exercer à la cohérence cardiaque. Et comme nous l’avons vu précédemment, le stress accélère notre rythme cardiaque. Pratiquer la respiration ventrale permettra donc d’abaisser le rythme et donc d’avoir un effet mécanique sur la dose de stress ressentie. 

Cqfd : moins de stress = respiration plus naturelle = meilleure diction. 

Musclez votre diaphragme 

Et oui Jamie, nos cordes vocales ne sont pas les seules responsables de notre voix. Le son de notre voix est créé par le souffle d’air et la vibration de ces fameuses cordes vocales. Jusque-là, tout va bien. Mais savez-vous qui est responsable du volume ? 

Et non, ce ne sont pas les cordes vocales ! C’est bien le débit d’air qui va permettre de gérer le volume de votre voix. Ce débit d’air est lui-même géré par le diaphragme. Pour comprendre ce que c’est, rendez-vous ici : 

Pour s’entraîner, il y a un exercice simple : le fameux “chhht”. C’est un exercice qui ne demande aucun son de la part des cordes vocales. En répétant plusieurs “chhhht” plusieurs fois de suite, vous devriez sentir votre diaphragme se contracter. Allez, testez, vous verrez ! 

 

Pour aborder une bonne maîtrise de la narration, il faudra en partie savoir gérer votre souffle pour gérer votre stress. Difficile de suivre quelqu’un à bout de souffle ou qui balbutie. C’est pourquoi il est indispensable de mieux respirer pour mieux présenter. Et si vous voulez connaître d’autres techniques pour abaisser votre stress, écoutez les 3 trucs anti-trac de Bruno Clément.

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.