Et si on réconciliait Powerpoint et le storytelling ?

PowerPoint est un outil très critiqué… et ce n’est pas juste ! Ce n’est pas juste car sa promesse n’a jamais été de nous aider à créer de magnifiques histoires qui vont inspirer les personnes qui nous écoutent, ni de nous aider à mieux vendre, mieux adhérer ou mieux engager.

 

La réalité aujourd’hui c’est que PowerPoint est associé à de longs moments pénibles, où tout le monde s’ennuie, avec des présentations désincarnées, où les orateurs commentent leurs propres slides. En reprochant cela à PowerPoint cela revient à reprocher à un marteau de nous avoir taper sur les doigts parce que l’on a tapé à côté du clou…

Le véritable problème est là : nous ne savons pas utiliser cet outil. En effet, le plus souvent les présentations reflètent l’intégralité des propos de l’orateur. Par conséquent, les slides sont exhaustives, fidèles mot pour mot au propos que tient l’orateur.

Cela pose un sérieux problème car le public lit plus vite qu’il n’entend. De ce fait il est en avance sur le propos que tient l’orateur. L’orateur se transforme de fait en commentateur de son propre support, avec un public qui comprend très rapidement ce que l’orateur va dire. Voilà une magnifique opportunité pour ne plus écouter.

 

 

Comment réconcilier PowerPoint et le Storytelling ?

 

  1. Arrêtez de faire du Slide Design

 

Le Slide Design amène souvent à optimiser l’espace, voire à faire de la décoration qui ne sert à rien. Pour faire un bon usage de PowerPoint, passer du Slide Design au Storydesign, la 3ème étape de notre méthode HUBSTORY®.

Faire du Storydesign c’est changer de paradigme. C’est considérer que PowerPoint est au service de l’histoire et de l’orateur, non du propos. Ainsi, chaque slide est là pour amplifier un moment clé de l’histoire. Dans cette conception, l’orateur a toujours un temps d’avance par rapport au public puisqu’il est le seul à savoir où il veut en venir.

Pour avoir cette longueur d’avance, vous pouvez jouer avec les transitions (entre les slides) et les animations (au sein même de vos slides). Ceci vous permettra d’augmenter l’impact de votre idée en affichant juste ce qu’il faut d’information au moment le plus propice. En faisant cela, les slides sont naturellement épurées parce qu’elles ne disent que ce qui doit être retenu. À l’image de l’iceberg, les slides ne sont que la partie visible, la partie immergée étant l’ensemble du propos que vous tenez.

C’est dans ce cadre-là que l’on peut faire de PowerPoint un outil puissant pour designer des slides qui, séquence après séquence, vont marquer tous les moments forts du projet que vous êtes en train de raconter à votre public.

 

 

  1. Dissociez votre histoire de l’outil

 

Attention, si vous voulez appliquer le Storydesign, encore faut-il que votre présentation soit construite sous la forme d’une histoire.

Aujourd’hui, la première erreur est d’utiliser PowerPoint pour construire ses présentations. PowerPoint n’est qu’un outil pour designer des slides, pas pour construire votre propos ! En effet, la construction séquentielle du storyboard ne fonctionne qui si vous avez déjà structuré votre intervention sous la forme d’histoire. Si votre propos est conçu comme une démonstration avec un plan analytique, vous aurez au final la présentation d’un exposé, comme le faisiez à l’école… pas étonnant que cela ennuie tout le monde.

 

PowerPoint, même utilisé par un dieu du graphisme ne fera pas de Storytelling si vous n’avez pas au départ construit une histoire. Et pour préparer cette première étape nous vous donnons rendez-vous ici.

 

 

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)