Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Créer une image sécurisante de soi

Nous avons déjà eu l’occasion de l’écrire plusieurs fois : la prise de parole génère du stress chez la majorité d’entre nous. Ce stress s’exprime différemment en fonction des individus et cet état influe sur nos pensées. On a soudainement le sentiment de ne pas être à la hauteur alors que nous savons pertinemment que nous sommes correctement préparés. Ou l’on pense que tout cela est inutile alors que nous étions extrêmement motivés. D’un point de vue opérationnel, cet état ne vous aide en rien à accomplir votre tâche. Il est alors très efficace de prendre quelques secondes afin de vous confronter à une image plus sécurisante de vous-même, plus sûre de ses capacités, plus claire sur son engagement et plus sereine.

Une technique issue des thérapies comportementales consiste à revivre le souvenir d’une situation où vous étiez en réussite et d’associer le sentiment qu’il procure à un stimulus que vous pourrez activer « à la demande ». Et notamment, lorsque vous serez confronté à l’élément « stresseur » de la prise de parole. Rappelez-vous d’un moment où vous étiez reconnu pour votre action, où vous aviez l’attention de tous, où l’on reconnaissait votre légitimité. Le souvenir de cette situation doit être une source de bien-être immédiat, comme le sentiment toujours puissant d’être la bonne personne au bon endroit. C’est justement cette sensation dont on a besoin pour apaiser les effets du stress.

L’ancrage émotionnel consiste à associer ce souvenir à un stimulus sensoriel : un geste, un objet, une image ou un son. Cette association semble plus simple à mettre en place avec l’aide d’un thérapeute, mais il est tout à fait possible de le faire seul. Mettez-vous au calme et prenez le temps de revivre le souvenir que vous avez choisi. Attardez-vous sur toutes les informations sensorielles que vous pouvez récupérer : ce que vous avez vu, entendu et senti. À chaque fois que le sentiment de bien-être lié au souvenir vous envahit, activez l’ancre que vous avez choisie. En répétant ces séances sur plusieurs jours, il va se créer une association entre votre ancre et votre souvenir. La prochaine fois que le stress troublera vos pensées, l’activation de cette ancre vous permettra d’accéder plus rapidement à un sentiment plus rassurant et sécurisant.

Quelle ancre choisir ? N’importe quelle stimulation sensorielle : vue, ouïe ou toucher. Deux exemples d’ancre nous paraissent particulièrement intéressants lorsque l’on fait ce travail seul. La première est le sourire. En associant un souvenir apaisant au sourire, vous serez amené à sourire plus régulièrement en situation de stress. Vous bénéficierez ainsi de tous les bienfaits du sourire, donc justement l’effet qu’il a sur le stress… Une autre ancre, souvent utilisée au théâtre est « l’objet magique ». Généralement un petit objet, dont vous seul connaissez l’existence, et qui reste tout le temps au fond de votre poche. En situation stressante, vous pourrez serrer cet objet dans votre main et ainsi activer le rappel d’une pensée positive qui vous permettra de revenir plus efficacement au calme.

Pin It on Pinterest