Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Langues

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Comment démarrer une présentation ?

Avant le début d’une présentation, il y a toujours un moment de flottement. Le public est en train de s’installer. En général, les premiers arrivés en profitent pour envoyer quelques emails, pendant que les retardataires se cherchent une place. Quelques conversations ont commencé et il va falloir que la voix de l’orateur s’impose pour obtenir l’attention de chacun. On lit régulièrement sur internet qu’il faudrait toujours commencer une présentation par une blague. Un conseil plus avisé dirait que, si vous n’êtes pas certain de faire rire, il serait plus prudent d’éviter ! Une blague qui ne marche pas est le meilleur moyen de mettre tout le monde mal à l’aise, l’orateur en premier. D’autant que le rôle d’orateur n’est pas de divertir mais de capter l’attention afin d’ancrer les messages clés.

Dans chaque groupe constitué, nos instincts grégaires nous amènent à distribuer les rôles dans un référentiel de dominance et de soumission. Ces situations ne sont pas toujours faciles à aborder, particulièrement lorsqu’une personnalité plutôt « soumise » est amenée à s’adresser à des profils franchement « dominants ». Mais en pratique, ce n’est pas du tout un frein à l’expression d’une prise de parole performante. En effet, une présentation n’est ni un grand oral d’examen, ni un spectacle de divertissement. Et l’auditoire n’est ni un grand jury, ni un public apathique. Tout l’intérêt d’une connexion réussie au public est de le placer dans un état où il accorde son écoute tout en restant un acteur présent et incontournable de la présentation.

Nous avions déjà évoqué « comment faire une bonne première impression ? », ce qui est déjà une forme de connexion avec le public. Voici quelques manières concrètes pour créer cette connexion et assurer une écoute durable de votre présentation :

Partager une conviction – Le sujet de la présentation ou le contexte dans lequel elle intervient peut donner lieu en préambule à l’expression du sentiment de l’orateur, de son état d’esprit, d’un avis ou d’éléments de valeur qui l’ont amené à prendre la parole.

Raconter une anecdote – De la même manière, démarrer une présentation par une anecdote personnelle ou professionnelle permet d’entrer rapidement dans le vif du sujet et d’installer un climat propice au déroulement de la présentation.

Poser une question – Nous avons plusieurs fois évoqué le fort impact que les questions exercent sur le cerveau. Afficher une question à l’écran est très efficace pour forcer le public à se positionner et générer une attente envers l’orateur et son propos.

Oser une provocation – Dans les limites de ce qui est acceptable pour le public, il est parfois très efficace de mettre les pieds dans le plat en affirmant quelque chose qui surprend, qui clive ou qui gêne. La réaction est toujours très forte mais il faut que le reste de la présentation soit au niveau.