Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Comment ne plus buter sur les mots ?

Dans la vie de tous les jours, que vous soyez au bureau, au café ou à la maison, les mots viennent plutôt naturellement. Avec le vocabulaire qui est le vôtre, les expressions et les précautions oratoires que vous avez l’habitude d’employer. Naturellement vous avez une idée claire en tête et un objectif vis-à-vis de votre interlocuteur : lui faire adopter votre point de vue, lui demander son avis, lui faire prendre conscience d’une situation, vérifier qu’il vous soutient… Un objectif au final rarement exprimé et souvent inconscient mais qui maintient la cohérence entre ce que vous voulez dire et la manière dont vous le formulez.

Dans le cadre de nos accompagnements, il nous est fréquemment arrivé de voir quelqu’un se mettre à bafouiller, buter sur les mots, se perdre dans des phrases sans fin. Si ça ne vous est pas déjà arrivé personnellement, il y a de fortes chances pour que vous ayez vu quelqu’un perdre ses moyens de cette façon. Comment réagir si cela vous arrive ? Comment aider quelqu’un qui semble perdre pied ?

Nous avions évoqué dans un conseil précédent le trou de mémoire : on oublie brusquement ce que l’on voulait dire, où l’on en était et pourquoi on le disait. Dans le cas qui nous concerne on a plus simplement l’impression d’avoir perdu le fil, de ne plus trouver les mots. Ce type de situation est toujours gênant pour l’orateur. Il y a ceux qui se mettent à bredouiller, qui se perdent dans des « euh… » qui finissent par les destabiliser encore davantage. Ou alors ceux qui brodent en attendant que cela revienne et qui s’enlisent dans des phrases qui ne veulent plus rien dire, portés par la peur de se trouver ridicule en public.

Pourquoi, tout à coup, parce que vous êtes stressés, gênés ou surpris, les mots ne viennent plus ? Justement parce que vous perdez de vue votre objectif. Parce que vous voulez impressionner, ou par peur de décevoir, votre concentration ne se fixe plus sur l’objectif à atteindre mais sur votre seule capacité à transmettre votre message. Du coup, vous vous focalisez sur les mots et sur la construction de vos phrases plutôt que de vous concentrer sur votre idée et sur votre intention. En vous trompant d’objectif, vous rendez compliqué quelque chose qui est d’ordinaire simple et évident.

Pour reprendre le fil, voici 2 étapes :

  1. Respiration. Plus vous vous laisserez embarqué par le stress, plus ce sera compliqué. Terminez votre phrase dès que possible ou assumez que vous avez perdu le fil et prenez une bonne respiration. Vous autoriser cette reprise de souffle consiste à vous donner le droit de vous tromper. Personne de vous en voudra de prendre deux secondes pour remettre vos idées au clair. Et plus vous l’assumerez, plus ce sera évident pour tout le monde.
  2. Préparation. Profitez de ce temps pour vous remettre dans vos notes. Si elles sont claires vous retrouverez les mots clés, l’intention qui était la vôtre et surtout pourquoi il était si important de dire ça.

Si vous voulez aider quelqu’un qui semble perdu dans son propos, vous allez l’interrompre pour lui demander pourquoi il n’y arrive pas. Il vous répondra qu’il sait ce qu’il veut dire mais qu’il n’arrive pas à l’exprimer. Dites-lui alors qu’évidemment ce n’est pas grave et que le plus simple est de revenir au fond de ce qu’il voulait dire. « – C’était quoi l’idée ? – Ben… l’idée c’est que…» et dans la plupart des cas, l’orateur se détend, son ton change et son propos se déroule tel qu’il l’avait en tête. Et vous pourrez vous faire le plaisir de conclure : « Eh bien voilà, c’est comme ça qu’il faut le dire. »

Pin It on Pinterest