Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Langues

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Comment parler quand on a rien à dire ?

Cette question peut paraître surprenante. D’autant que nous avons tendance à conseiller, lorsque l’on a vraiment rien à dire, de plutôt se taire. Parler est toujours quelque chose d’extrêmement engageant et réserver sa parole permet souvent de lui donner de la valeur. Il y a cependant des cas où, sans avoir d’apports concrets à apporter à la conversation, il faut pouvoir marquer sa présence. Tout en étant afférent à la prise de parole, cet exercice est bien particulier. Il repose sur des techniques de journalisme et consiste, en faisant parler les autres, à se présenter comme un animateur du débat. Ces techniques sont au nombre de trois.

Le questionnement

Sans doute la plus évidente des trois approches, elle consiste à simplement poser des questions et, indirectement, à distribuer la parole. Pour gagner une vraie légitimité dans cet exercice, il faut cependant avoir une bonne connaissance du sujet afin de poser des questions pertinentes qui mobiliseront l’attention.

La reformulation

Parfois, la réponse à une question peut paraître incomplète ou insatisfaisante. La reformulation consiste, après avoir posé une question, à répéter une partie de la réponse : « Donc, pour résoudre ce problème, selon vous, il est nécessaire de… ». Cette technique va amener votre interlocuteur à préciser sa pensée et, petit à petit, compléter ou clarifier sa prise de position.

L’interprétation

Si après plusieurs reformulations un interlocuteur campe sur ses positions, vous pouvez tenter d’interpréter son propos. L’approche consiste à proposer une interprétation personnelle de la réponse qui vous a été faite tout en grossissant le trait. Le propos de votre interlocuteur s’en trouve donc exagéré ce qui va le forcer à réagir pour s’expliquer et à s’impliquer davantage dans l’échange. Attention, le ton peu vite monter. Cette attitude, volontairement provocatrice, peut cependant rester parfaitement bienveillante.

Parallèlement à ces trois approches, il est intéressant de pratiquer une écoute active soutenue. Ainsi, vous serez pleinement attentif aux émotions que ressentent vos interlocuteurs. En les interrogeant sur leurs ressentis, vous déminerez les situations délicates et vous améliorerez l’attention que l’on vous porte. Vous affirmerez ainsi une présence exigeante et attentive qui est une vraie marque de leadership.