Home page

Envie d'en savoir plus ?

Téléchargez gratuitement nos 2 petits guides de survie pour des présentations réussies et un leadership épanoui

Menu

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Envie d’échanger sur notre vision, notre méthode, notre offre ? Rien de plus simple, laissez-nous vos coordonnées et discutons-en par téléphone ou autour d’un café !

Contact

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Plus de 150 conseils concrets pour présenter efficacement vos idées

Recevoir chaque jeudi nos conseils par mail

Faites entendre votre voix !

Les facteurs non verbaux ont un effet considérable sur l’impact de vos prises de parole. Et parmi ceux-ci, il y a votre voix, qui transmet une quantité considérable d’informations que vous ne contrôlez pas forcément : votre stress, votre motivation, votre écoute et votre sincérité sont autant de critères que, consciemment ou pas, votre public reçoit et utilise pour évaluer la crédibilité de votre message.

Une des difficultés les plus régulièrement rencontrées est une voix trop faible, rapide et peu articulée. Cette voix est typique des situations de manque de confiance en soi où l’orateur semble ne pas vouloir déranger son auditoire. Dans ces cas-là, l’orateur ne se rend généralement pas compte qu’il ne parle pas assez fort. Et si vous lui demandez de davantage projeter sa voix, il parlera avec la même intensité et vous dira avoir le sentiment de crier. Ce décalage entre l’expression et la perception est la première difficulté à vaincre pour progresser.

Car une fois que l’oreille est mieux réglée et que la voix ose s’imposer, elle devient naturellement plus articulée et plus rythmée puisqu’elle oblige à respirer plus régulièrement. Une voix plus forte masquera davantage votre nervosité en évitant les effets de chevrotement qui sont toujours déstabilisants pour l’orateur. Une voix plus articulée sera plus facile à entendre et empêchera l’attention de l’auditoire de se disperser. Et enfin, une voix plus posée vous laissera davantage de temps pour transmettre votre engagement et construire des phrases plus courtes qui seront ainsi plus percutantes.

Une autre difficulté régulièrement rencontrée consiste à avoir sa voix mal placée. De la vibration des cordes vocales au son qui est perçu par l’extérieur, de nombreux muscles se mettent en action pour modeler notre voix. En plus de l’intensité, dont nous avons déjà parlé, ils vont déterminer la hauteur et le timbre de la voix. En fonction de la physionomie de chacun, il existe donc un état de vibration optimale qui permet à la voix d’être davantage entendue avec moins d’effort. Une fois trouvée, cette voix est toujours une source de bien-être et d’équilibre pour l’orateur. Elle est à la fois plus robuste et plus souple. Cette voix « optimale » est aussi perçue par l’auditoire, le plus souvent inconsciemment, et participe à créer une cohérence entre votre message et votre engagement à le transmettre.

Placer sa voix est un exercice qui n’est pas forcément évident, et il est préférable de s’en remettre à quelqu’un d’extérieur qui sera formé pour vous accompagner. Mais parler plus fort est déjà une étape fondamentale qui vous permettra d’être plus sensible à la vibration de votre voix. Les hommes ont tendance à faire résonner leur voix trop bas, au niveau de la gorge, afin de lui donner un aspect plus timbré. À l’inverse, les femmes, pour se faire entendre, ont parfois le réflexe désagréable de faire résonner leur voix trop haut, voire de passer en voix de tête. Une bonne pratique est de sentir résonner sa voix dans ce que l’on appelle le masque : le nez et les pommettes.

Prendre le temps de travailler et préparer sa voix offre une réelle opportunité de gagner en performance et en harmonie. Mécaniquement, une voix plus affirmée engagera davantage votre corps et participera à exprimer et affirmer plus fortement votre personnalité lors de vos prises de parole.

Pin It on Pinterest