Le Pitch m'a tué

Le Pitch m’a tuer !

Quels sont les risques d’une prise de parole ratée ? Une levée de fonds non validée, un projet non retenu, une opportunité manquée, etc. Peu importe la situation, elle peut avoir des répercussions énormes comme minimes. Une chose est pourtant sûre : personne n’est mort d’avoir raté un Pitch. Par contre, de votre côté, vous pouvez tuer votre Pitch. C’est malheureux et pourtant bien vrai. Trop de projets se sont retrouvés au cimetière des bonnes idées, faute d’avoir été correctement présentés. Aujourd’hui, on vous dresse la liste (non exhaustive) des Pitch à éviter !

 

Le Pitch publicitaire 

On se souvient tous d’un Pitch super rythmé, truffé de phrases chocs et impactantes. Ah, un super moment ! Mais qu’est-ce que ça disait déjà…? 

Les slogans, c’est fort et impactant, un vrai coup de pouce à la mémorisation. Mais des slogans cumulés amènent l’effet inverse. Lequel retenir ? Lequel partager ? Un Pitch, qu’il dure 1, 3 ou 5 minutes, vous laisse suffisamment de temps pour raconter une histoire sans courir après les phrases chocs. Créer du rythme avec des temps forts et des temps d’histoire vous permettent de mettre en valeur l’idée clé ! Faire un Pitch publicitaire reviendrait à écrire un texte exclusivement en gras. Qu’est-ce qui est plus important que le reste ? Pour vous aider à faire des choix, tentez de résumer votre idée en une phrase. En clair, travaillez le Pitch de votre Pitch ! 

Pour aller plus loin, on vous laisse (re)découvrir ce conseil.

 

Le Pitch flou 

Mais si, vous voyez, ce Pitch qui se veut trop mystérieux pour créer la curiosité ? Oui, celui que vous n’avez pas bien compris. Vous ne vous en rappelez plus parce que simplement vous n’avez pas eu envie d’aller plus loin.

Vous avez sûrement entendu : “quand c’est flou, il y a un loup !”. Et on n’aime bien reprendre cette phrase chez ZEPRESENTERS. On ne vous le répétera jamais assez, l’objectif quand vous prenez la parole, avant même de vendre, c’est de susciter la confiance en vous, en votre idée et en votre propos. On n’achète rarement quelque chose à quelqu’un en qui on n’a pas confiance. Or, difficile de faire confiance à quelqu’un qui n’est pas clair ou qui semble cacher des choses. Pour creuser le sujet, on vous propose cette lecture.

 

Le Pitch qui se justifie 

“Partagez vos convictions, avant la solution” n’est pas qu’une jolie rime. L’ordre dans lequel vous racontez votre histoire a une importance capitale ! Simon Sinek l’expliquait déjà en 2010 avec le Golden Circle : “people don’t buy what you do, but why you do it”. Si vous écoutez bien, vous verrez que l’ordre change considérablement les choses. 

Un exemple vaut mieux que mille explications. Si le Slip Français disait : 

“Nous vous vendons des sous-vêtements seul ou en lot, à 40€ l’unité dans des couleurs bleu blanc rouge. Le prix provient du fait que nous fabriquons tout local car nous avons à cœur de réimplanter le textile en France”. 

Cela fonctionne beaucoup moins bien que la version originale : 

“Nous avons une ambition : réimplanter l’univers du textile ici en France. Pour cela, nous avons fait le pari du 100% français. Concrètement, nous vous proposons une gamme de sous-vêtements. Vous voulez changer le monde ? Commencez par changer de slip.”

Dans la première étape, on se retrouve à justifier les partis pris. Dans ladeuxième, on adhère plus encore à la cause qu’au produit en lui-même. 

Pour les entrepreneurs, partager vos convictions avant vos solutions permet à la fois de mettre en valeur votre vision mais aussi de vous différencier. Des concurrents, vous en avez certainement. S’ils sont vos concurrents c’est que les produits ou les services qu’ils proposent sont similaires aux vôtres. Avoir cette précaution de partager votre vision vous permettra d’emblée de vous différencier par la cause que vous portez. 

 

Le Pitch improvisé 

“Donnez-moi 3 minutes, je vous fais un discours de 3 heures. Donnez-moi 3 heures, je vous fais un discours de 3 minutes” disait Winston Churchill. Et oui ! Faire court, c’est compliqué. Être concis, précis et impactant demande du travail et de l’entraînement. Vous n’avez pas appris à faire des roues arrières?sur votre vélo avant même d’essayer de tenir droit !
On a tous en tête cette scène culte de “Ô capitaine, mon capitaine !”. On rêve tous de ce moment de grâce où l’on se lève face à une foule émerveillée et que sort de notre tête le discours de notre vie ! Dans la vraie vie, ces moments d’improvisation laissent plus facilement le goût amer d’une structure décousue et d’un orateur pas très clair. Résultat, l’impact recherché est beaucoup moins fort qu’espéré. 

Cela ne veut pas dire que chaque prise de parole vous demandera des heures de préparation. Comme toute compétence, ça se travaille. Plus vous aurez travaillé vos éléments de langage, plus vous aurez extrait l’essentiel de votre idée, plus vous aurez pratiqué, plus il deviendra simple de vous adapter à toutes situations. C’est comme son placard de cuisine. Au début, on est un peu limité question épices. Et plus le temps avance, plus on est équipé et prêt à se lancer dans de nouvelles aventures. 

 

Le Pitch robot

Comme la poésie apprise par cœur avant de passer au tableau, le Pitch récité manque de sincérité et d’incarnation. Il est répété pour ses mots et non pour son sens. La prosodie est un outil merveilleux qui donne toutes ses couleurs à la langue que l’on parle. La retirer, c’est donc prendre le risque de délivrer un discours fade et sans saveur. D’ailleurs, Bruno Clément en a fait un super podcast

Votre Pitch aura beau être parfaitement structuré et répété, si rien n’émane de vous, la trace émotionnelle laissée dans l’esprit de votre public n’en sera que très mitigée. Pour vous donner l’exemple : pensez à ces pauvres télé-consultants qui nous répètent inlassablement des phrases toutes faites pour nous pousser à changer d’opérateur… Nous l’avons tous entendu au moins une fois. Vous voyez la trace émotionnelle que vous en avez…? Pas évident, hein ? Pensez-y lors de votre prochaine récitation. 

 

Le Pitch qui ne devrait pas en être un

Il faut savoir Pitcher au bon moment. Certains moments ne s’y prêtent pas. Comme pour annoncer une mauvaise nouvelle par exemple. Le Pitch est là pour donner envie ! Donner envie d’en savoir plus, de continuer la relation. L’annonce des mauvaises nouvelles relèvent plus de l’accompagnement par l’histoire. C’est d’ailleurs un sujet que nous avons traité il y a très peu de temps.

 

En conclusion, il n’y pas de Pitch parfait. Il n’y a que des orateurs qui ont travaillé leur Objectif de Présence et qui ont à cœur d’accompagner leur public sur le chemin de leurs idées. Comme toute compétence, c’est un exercice qui demande du travail et de la préparation. 

(PS : malgré toutes nos coquilles, celle présente dans le titre est volontaire 😉 Vous avez la référence ?)

A propos de Mégane Cajot

Mégane a vécu sa première expérience du Pitch en se prêtant à l'exercice lors de la première édition de VivaTechnology en 2016. Par la suite, ses différentes expériences dans l'écostystème des startups d'EURATECHNOLOGIES, lui ont fait prendre conscience que ce qui l'anime c'est de soutenir et accompagner les porteurs de projets. Après plus d'un an chez PUBLICIS et une expérience internationale pour découvrir le monde, elle est revenue en France avec une forte envie de partager tout son savoir en continuant d'apprendre de ceux qu'elles rencontrent. Déterminée à faire de sa passion son métier, elle rejoint ZEPRESENTERS en 2019. Travaillant en binôme avec les fondateurs Bruno CLEMENT et Sébastien BERNARD, elle a déjà travaillé sur de nombreux projets avec TF1, ADEO ou RABOT DUTILLEUL. Sa mission : vous aider à transfortmer des stratégies complexes en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Son motto : Se lancer, c'est déjà un premier pas vers la réussite.