Au secours, tout le monde s’ennuie !

On a tous assisté à une présentation qui tourne au cauchemar : l’orateur est ennuyant, tout le monde le sait, tout le monde le subit, mais lui, il continue sans rien lâcher. Les secondes deviennent des minutes, les minutes des heures, et peu à peu la présentation se transforme en prise d’otage.

 

Lorsqu’on est cet orateur, plusieurs questions se posent : qu’est-ce qu’il se passe dans notre tête ? A-t-on vraiment envie de faire souffrir tout le monde ? Non ! C’est pourquoi la solution est avant tout une question de posture. Voici quelques bonnes pratiques pour redonner de la valeur à votre présence.

 

#1 – PRENDRE CONSCIENCE DE LA SITUATION

Trop souvent, pris dans sa présentation, on ne prête pas attention à son public et on passe à côté de ce qu’il ressent. Or, cette posture est dangereuse puisqu’elle vous fait oublier que vous êtes là pour le public, et non l’inverse. Vous avez alors besoin de développer une compétence incontournable : l’écoute active. Cela vous permettra de déceler si votre public vous écoute et s’il se sent bien. Au contraire, si vous voyez que votre public s’ennuie, bonne nouvelle ! Vous savez détecter une perte d’attention ce qui est déjà très bien. Maintenant, face à cette situation, pas de temps à perdre : passez à l’étape 2.

 

#2 – S’ARRETER AU BON MOMENT

Une fois que vous vous êtes rendu compte que votre public s’ennuie, ne continuez pas l’air de rien, arrêtez-vous ! Pour une raison toute simple : si les gens s’ennuient, ce que vous êtes en train de dire ne sert à rien, vous perdez votre temps et le leur. Cela dit, il n’est pas si facile de s’arrêter en pleine présentation. D’autant que, face à l’inattention du public, vous risquez de subir les effets d’un stress intense. Que vous ressentiez de l’angoisse, de la colère ou une intense fatigue, vous avez besoin de reprendre le contrôle pour réagir de manière plus sereine et plus adaptée. Marquez une pause, offrez-vous une respiration, voir, mettez en pause votre PowerPoint. Il est temps de renouer le contact avec le public.

 

#3 – COMPRENDRE VOTRE PUBLIC

Évidemment, si l’on s’arrête ce n’est pas pour fermer son ordinateur et partir en courant mais pour comprendre ce qui pose problème. Pourquoi l’attention s’est-elle dissipée ? De quoi ont-ils besoin ? Qu’est-ce qui peut leur permettre de rapidement raccrocher les wagons ? Votre public a surement les réponses à ces interrogations. Assumez la situation et allez les chercher en le questionnant, en reformulant les réponses. Le but ne doit pas être de gagner du temps, mais de sincèrement comprendre leurs attentes. Cette posture va vous permette de passer d’un mode présentation ennuyante à un mode échange, ce qui rendra le moment plus riche pour vous et pour votre public.

 

#4 – POSER UN DIAGNOSTIC POUR LA SUITE

Après ce temps d’échange, demandez-vous s’il est judicieux de poursuivre votre présentation. Si votre public est de nouveau réceptif et que vous avez identifié un angle plus pertinent, vous pouvez reprendre. En revanche, si ce que vous avez préparé n’est pas du tout en accord avec les attentes du public, il est plus pertinent et efficace de s’arrêter pour de bon. Mieux vaut avoir l’air pragmatique et responsable, plutôt qu’aigre et obstiné. Confirmez avec votre public que vous avez bien compris ce qui vous permettra de mieux vous préparer la prochaine fois et fixez un nouveau rendez-vous. Personne ne vous en voudra de reporter ce moment, bien au contraire.

A propos de Elisa Delaveaux

StoryManager et formatrice certifiée HUBSTORY, Elisa accompagne de nombreuses entreprises pour transformer leurs stratégies en des histoires claires, inspirantes et incarnées. Sa devise : “ Le bonheur n’est pas d’avoir ce que l’on désire mais d’apprécier ce que l’on a “ (Paulo Coelho)