recupérer_public_sennuie_dessin_jpeg

Comment récupérer un public qui s’ennuie ?

S’il y a bien une chose que l’on n’aimait pas en tant qu’enfant et qu’adulte on déteste toujours autant c’est de s’ennuyer. (Et le gratin de chou-fleur mais ça c’est une autre histoire). Personne n’aime s’ennuyer ! D’ailleurs, le fait même que l’expression « mourir d’ennui » existe, nous rappelle bien l’ampleur de la détresse dans laquelle cette épreuve peut nous plonger … Et si s’ennuyer c’est terrible, ce qui l’est encore plus c’est d’avoir le sentiment d’en être à l’origine. En particulier quand on prend la parole pour parler d’un sujet qui nous tient à cœur. Alors comment faire pour récupérer un public qui s’ennuie ?

 

Que l’on soit dans le cadre d’une réunion ultra-officielle (où l’on voit déjà ses collègues piquer du nez) ou lors d’un apéro entre amis, la tâche ne semble jamais facile. Pour vous aider, cette semaine on vous livre 3 enseignements indispensables pour renouer efficacement avec vos interlocuteurs :

 

Enseignement n°1 : Le temps d’attention d’une personne est limité

Un public qui s’ennuie c’est désagréable, mais c’est surtout dangereux pour un projet. Dans ce type de circonstance, on a tendance à se braquer et se dire : “Ils sont vraiment irrespectueux, ils pourraient faire un effort tout même !”. Et si l’on a hérité de la situation, on peut également maudire les orateurs qui ont endormi l’audience avant notre passage. Et pourtant, le fait est qu’il est désormais de votre responsabilité de changer les choses. 

Que l’on soit l’origine ou non de l’ennui, on finit souvent par remettre en doute ses capacités d’orateur. Jusqu’à se demander si l’on ne devrait finalement pas s’abstenir de reprendre la parole en public sur ce sujet… Malheureusement, cet état d’esprit ne fait généralement qu’aggraver la situation ! Cela peut vous décourager en pleine prise de parole, vous faire croire que vous ne pouvez rien y faire, ou pire, vous rendre hostile vis-à-vis de votre audience. C’est pourquoi, avant toute chose, il est important de faire le point sur une réalité : le temps d’attention d’une personne est limité. 

Il est donc tout à fait normal qu’une personne décroche, à un moment donné, lorsqu’on s’adresse à elle. Et ce, quel que soit le sujet. Une étude a montré que le temps d’attention moyen d’un adulte est de dix-huit minutes (ce n’est pas pour rien que le format maximum des Ted Talks tourne autour de ce timing !). Si vous parlez à votre interlocuteur depuis plus de trente minutes, même si vous êtes intéressant, votre interlocuteur risque de décrocher, CQFD. De même, si vous êtes le 6ème intervenant lors d’une succession de présentations qui dure depuis 2 heures… Même résultat !

Mais attention, l’ennui n’est pas une fatalité. Au contraire ! Avoir conscience de cette réalité, c’est ce qui va vous permettre de changer votre posture lors de vos prochaines prises de paroles. La prochaine fois que vous verrez un interlocuteur sur ces mails ou le nez en l’air, ne vous dites plus “Ce que je raconte n’est pas intéressant” ou “Génial, encore une personne qui s’en fiche” mais plutôt “Comment est-ce que je peux les récupérer, les intéresser à mon histoire ?”. Vous verrez, en vous plaçant dans une position de bienveillance vis-à-vis de votre public, vous n’aurez plus les mêmes réflexes oratoires. 

 

Enseignement n°2 : L’attention se perd aussi facilement qu’elle se gagne

Ici la question n’est pas “Comment éviter que mon public décroche ?” mais “Comment est-ce que je fais pour récupérer son attention une fois qu’il a décroché ?”. On pourrait être tenté de faire le pitre, d’hausser le ton ou de se moucher bruyamment, histoire de réveiller tout ce petit monde. Spoiler alert : ces techniques ne sont pas des remèdes magiques et son plutôt éphémères. Tout simplement parce que l’attention se perd aussi facilement qu’elle se gagne. 

Vous voulez de l’attention ? Vous pouvez effectivement parler plus fort, taper dans vos mains et faire des gestes amples. Il est certain que les têtes se lèveront pour vous regarder ! Mais au moment où quelque chose ou quelqu’un fera plus de bruit ou bougera plus que vous, les regards se tourneront vers cette nouvelle source de distraction. Pourquoi ? Parce que le cerveau humain est programmé pour réagir à ce type de stimulus. Qui plus est, un auditoire qui s’ennuie aura vite fait de revenir à sa situation et son comportement d’origine (du traitement de mails à la sieste).

Il faut donc aller chercher plus loin que l’attention simple ! Ce qu’il faut aller chercher, c’est l’intérêt de votre auditoire. Et il n’y a pas meilleure manière de le faire qu’en venant parler d’un problème qui le concerne directement ou par lequel il se sent concerné. En résumé : parlez-leur d’eux ! Parlez-leur d’une cause commune qui vous lie vous et votre audience. Mobilisez-les sur le sens, le pourquoi vous en êtes venu à parler de ce sujet. Rappelez-leur pourquoi ils sont là, pourquoi ce moment est important et pourquoi vous avez besoin d’eux.

Une fois que vous aurez suscité l’intérêt de votre public, il pourrait y avoir une météorite ou une avalanche de mails que votre auditoire ne relâchera pas son attention. Et une fois que l’on a trouvé de l’intérêt à écouter ce que l’on nous présente, plus d’ennui possible ! (Tadam ! Une pierre deux coups !)

 

Enseignement n°3 : Prenez soin de votre auditoire, il vous le rendra !

Pour que les gens prennent soin de vous et vous confient ce qu’ils ont de plus précieux, c’est-à-dire leur écoute et leur temps, il n’y a pas de secret. Il faut tout d’abord leur montrer que vous avez à cœur de prendre soin d’eux et du temps qu’ils vous accordent. Nous venons de le voir, prendre soin de votre auditoire passe tout d’abord par formuler un problème qui les concerne pour mettre en valeur une solution que vous leur proposez. Mais si la suite de la présentation est monotone, vous finirez tout de même par perdre leur attention. C’est pourquoi il est important de casser le rythme lorsque cela est nécessaire. 

Votre auditoire pique du nez ? Proposez une petite pause ! Votre auditoire s’ennuie ? Provoquez une interaction en posant une question ou en lui demandant son avis ! Ou rompez avec la monotonie d’un monologue en proposant un atelier ou un exercice. Des  personnes discutent en face de vous ? Demandez à l’ensemble du public s’il y a quelque chose que vous pouvez clarifier. Pointer du doigt les principaux concernés risquerait d’altérer la relation avec votre public. (Et oui, personne n’aime être pris à partie !) En adoptant une posture de guide qui est là pour emmener son public du début jusqu’à la fin de la visite, en vous assurant de ne perdre personne en chemin vous montrerez que vous avez à coeur de prendre soin de votre audience.Et en retour, elle vous le rendra en prenant soin de ce que vous êtes en train de présenter. 

 

Vous l’aurez compris, changer son regard est primordial et indispensable pour apprendre à lutter efficacement contre l’ennui. Et si prendre la parole c’est prendre le pouvoir, on le sait tous : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ! Nous sommes donc les premiers responsables de la situation dans laquelle se trouve notre audience. Il est donc capital de prendre soin d’elle. C’est ce que l’on appelle la responsabilité de l’orateur !

 

A propos de cecilechuffart

Cécile s'est initiée au storytelling au sein de grandes maisons de luxe. Animée par l'envie de défendre les idées et ceux qui en sont à l'origine, c'est bien de fils (narratifs) en aiguille qu'elle décide de rejoindre ZEPRESENTERS, avec un seul objectif en tête : tisser des histoires fortes pour rendre chaque idée désirable !